Le tourbillon de la vie (écossaise)

Depuis une semaine, Leenan Head retrouve l’Ecosse, après l’avoir connue, reconnue, et perdue de vue, puis retrouvée. Le tout en passant par les tourbillons écossais : les maelström.

DSC04066
L’arrivée à Oban

 

Attention, les retrouvailles se méritent. En quittant l’île de Man pour rejoindre Oban, Leenan Head doit passer le Mull of Kintyre. A cet endroit, l’observateur remarquera sur une carte marine de petites spirales. N’y voyez pas là le délire d’un cartographe, mais un sérieux symbole, ou de futurs sérieux problèmes, c’est selon. Ces spirales représentent les maelström. Le dictionnaire les décrits comme de violents courants marins. Les conteurs, eux, les présentent comme des tourbillons infinis qui embarquent et engloutissent les bateaux dans les profondeurs océanes…De quoi frémir !

Sachant que dans la zone où nous passons, ils sont au nombre de six, nous choisirons une bonne rasade de whisky local et la définition du dictionnaire. Arrivés sur site, à l’étale de marée, qui est LE moment propice pour slalomer entre ces aimants à canots, nous avons l’impression étrange de naviguer sur un chaudron rempli d’une eau bouillonnante (Les coutumiers de la navigation dans le Golfe du Morbihan comprendront l’image…).
La météo clémente nous permet de les franchir aisément pour filer ensuite vers l’île de Jura.

DSC03990
Nous laissons les maelström derrière nous…

 

Ah, Jura ! Sauvage et désertique. Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est le sentiment que ressent le voyageur quand il y débarque. Montagneuse, avec des lacs et des plans d’eau à perte de vue. George Orwell y a passé quelques années, et écrit « 1984 »…
Depuis le Loch de Tarbert, les locaux croisés sont des troupeaux de chèvres à poil laineux, et de biches peu enclines à la conversation.

DSC03994
Jura…

 

DSC04012
…et ses habitants !

 

Sur l’île suivante, Mull, nous découvrons une tour du XIVème, cerclée de quelques ruines. Lieu qui a dû être témoin d’affrontements entre différents clans…Aujourd’hui un havre de paix ou paissent moutons aux pattes noires et vaches rousses locales (à poils laineux, bien sûr).

DSC04047
Mull…

 

DSC04059 (2)
…et quelques autochtones…

 

Il nous faudra atteindre Oban, où nous faisons actuellement escale, pour croiser nos premiers écossais, descendants directs de William Wallace. A poils laineux ? Peut-être, mais préservons une part de mystère.
Pour l’heure, nous allons essayer de dégoter d’autres zulus dans les ports locaux.

A suivre…

2 commentaires

  1. Coucou super ce voyage avec vous, la mer d’huile, ça n’est pas ce que l’on croit selon qu’elle est bouillante ou pas ?
    Alors l’équipage s’est aggrandi ? Bises et bon vent, merci pour tous ces commentaires et images. Daniel M

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s